• Critiques du film La Marche de l'empereur

    "La marche de l'empereur" se laisse regarder sans prétentions aucune, avec le seul désir de nous faire partager une passion: celle de l'auteur. On peut certes souligner que ce dernier a dû, avec son équipe, passer une légère année dans un froid (entre -40 et -90° celcius) constant pour voler quelques images assez sublimes.
    L'histoire pourrait se résumer en quelques lignes, car rien n'est vraiment complexe, mais pour la première fois un pseudo reportage devient une épopée.
    On se plaît donc à découvrir avec lenteur cette fresque polaire, mais avec un certaine fraicheure aussi. Si on est certes dérouté dans les premières minutes par l'alliance avec les compositions d'Emilie Simon, c'est pour mieux se faire surprendre par la suite. En effet le film prend une forme inhabituelle qui finalement s'écarte du documentaire. Le tout obtient une certaine unité magique, émouvante, drôle et tragique au fur et à mesure de son avancement.
    Là où le film pêche, et beaucoup vous le diront, c'est l'ajout de la voix-off. En effet quelques trois personnes parlent pour toute la communauté manchot, illustrant femme, homme et enfant. Dommage que cela prenne un ton plutôt niais et risible. Cela fait certes office de repères, pour rendre moins flou le comportement de ces bêtes, cela n'empêche pas de trouver surprenant, presque navrant le résultat.
    Certes, la technique rattrape cette lacune, pour finalement nous offrir un documentaire digne d'interêt. Un documentaire qui prend son temps, avouns-le. Mais cette chronologie est investie dans un travail graphique où l'image joue avec le son, où chaque plan est une composition et où visiblement le réalisateur s'est fait plaisir.
    Il en est de même pour nous.